Votre enfant est scolarisé hors système francophone ? 

Votre enfant manifeste le désir d’apprendre à lire et à écrire en français depuis quelque temps ?

Pour vous aussi, le temps est aussi venu qu’il apprenne ?

Alors comment réussir à mettre en place à la maison l’apprentissage du français écrit ?   

Vous vivez à l’étranger et votre enfant est scolarisé dans un système non-francophone. Il a appris à lire et à écrire dans une autre langue et il baigne désormais dans un environnement bilingue, voire plurilingue et il y est à l’aise.

La question de l’intégration dans un milieu scolaire non-francophone étant réglée, vous commencez à vous interroger sur la place du français écrit chez votre enfant.

Pour vous, il est impossible d’envisager qu’il ne sache pas écrire en français. Parce que c’est votre langue, parce que c’est votre culture, parce que c’est une part de votre identité et de la sienne. Bref, s’il a la chance d’être bilingue, il est évident pour vous qu’il doit l’être entièrement et savoir lire et écrire en français ! Et bien sûr vous pensez à son avenir, aux portes que cela peut lui ouvrir…

Alors vous vous posez certainement ce genre de questions : « comment puis-je lui faire lire davantage de français ? Comment puis-je lui donner l’envie de lire et d’écrire en français ? Sous quelle forme allons-nous commencer l’apprentissage de l’orthographe ? Comment ne pas le surcharger de travail ? Comment ne pas le dégoûter ? » Car apprendre l’orthographe n’a, vous le savez, rien d’une partie de plaisir !         

Que vous décidiez de vous coiffer de la casquette de professeur pour votre enfant ou que vous choisissiez de déléguer la tâche à une autre personne ou structure, votre rôle de soutien sera capital, d’autant plus si votre enfant a peu de liens avec le monde francophone.

Pour un apprentissage réussi,

  1. Vous aurez besoin de vous positionner comme le partenaire aidant. 
  2. Vous avez un rôle unique, vous êtes celui qui sait, vous êtes le seul lien proche avec la langue française et c’est par vous que le lien avec votre pays, votre langue, et votre culture pourra se faire. Même si votre enfant prend des cours à l’extérieur, votre position particulière est votre carte gagnante ! Alors, oubliez la performance (même si vous avez une échéance), oubliez la chasse à l’erreur et positionnez-vous comme celui qui va partager un moment positif et agréable avec son enfant. Vous voulez avoir une casquette de parent-partenaire de l’apprentissage du français ! Vous me direz, plus facile à dire qu’à faire ? Oui et non : il s’agit d’une disposition à adopter, d’être dans un ressenti de partage et de générosité et de plaisir avec votre enfant qui s’acquiert plus ou moins rapidement. D’où parfois la nécessité d’un accompagnement. Bref, conditionnez-vous au bon sens du terme : partagez, encouragez, félicitez, rassurez !
  3. Vous aurez besoin d ’interagir sur l’état d’esprit de votre enfant :
  4. Car même si votre enfant a envie d’apprendre, il risque d’être vite découragé face à la difficulté de l’orthographe en français ! D’où l’importance de votre posture : il associera ce moment avec vous à quelque chose de positif malgré la complexité de la tâche.

Comment ?

  • En trouvant avec lui un objectif global motivant. Si vous faites référence à un avenir trop lointain (études par exemple), trop éloigné de la motivation de l’enfant, vous risquez bien de ne pas parvenir à le convaincre. Si vous avez un objectif plus proche (déménagement, inscription à un cours…), vous l’atteindrez plus facilement.

Mais dans tous les cas de figure, oublions nos arguments d’adultes et mettons-nous à la hauteur de la réalité de notre enfant ! Pour l’orthographe, cela pourrait être :

« As-tu envie d’apprendre à écrire des e-mails à la famille, aux grands-parents, cousins/des sms/des WhatsApp/des cartes postales, faire des jeux d’orthographe en ligne, d’envoyer une carte à l’occasion d’un anniversaire dans la famille ? »    

Pour la lecture, cela pourrait être :

« As-tu envie de lire des livres avec Papa/Maman, que l’on partage un moment ensemble autour de la lecture ? Aimerais-tu pouvoir lire une histoire à ton petit frère ? »

Vous, parent, êtes le capitaine à bord du bateau FAMILLE et vous saurez bien trouver quelle brise particulière poussera votre enfant à embarquer avec vous dans l’aventure « FRANÇAIS » !   

  • En partant de ce qui lui plaît, de ce qu’il aime faire. Avant, après et en complément des exercices de conjugaison et d’orthographe, partez de ce qu’il aime faire pour rendre l’apprentissage du français VIVANT et motivant au sein de votre famille. Des choses très simples, que vous pratiquez peut-être déjà. Dans l’apprentissage d’une langue, toute situation est matière ou prétexte à l’étude d’un point de grammaire ! Et c’est justement ce qui est fabuleux !
  1. Vous aurez besoin d’être créatif et d’élaborer des stratégies ludiques.
  2. Panachez votre séance entre exercices de grammaire à proprement parler et activités ludiques. Attention ! Il ne s’agit pas de faire du cours de français un numéro de cirque ! Mais bien d’utiliser du matériel et des jeux recommandés par les professionnels, de faire manipuler physiquement (sur papier) les sons, les terminaisons, de jouer avec le chronomètre, d’adapter les besoins de lecture et d’écriture aux gestes du quotidien. Il s’agit de varier, de surprendre. Pourquoi ne pas inverser les rôles de temps en temps ? Ecrivez avec des fautes un texte qui contient les points grammaticaux déjà travaillés et demandez à votre enfant de le corriger en vous expliquant pour c’est faux. Faites de l’orthographe à l’oral pour consolider des connaissances en plein milieu d’une conversation avec votre enfant. Laissez des post-it ici et là dans la maison, mais évitez, si possible, les ordres. Restez dans le registre affectueux ou neutre. Pensez à écrire en majuscules ou très lisiblement pour les jeunes lecteurs en langue française. En lecture, vous pourriez, ici et là, mettre des mots très courts sur la porte d’entrée, de chambre, sur la table. Multipliez les « Le chocolat est dans le frigo », les « je suis au téléphone/au garage », les « je rentre à… », etc. Sur le post-it de la veille, il manquera des lettres stratégiques que vous aurez pris soin de d’effacer… Bref, autant de familles, autant d’idées.
  3. Vous aurez besoin de vous appuyer sur un programme grammatical. Inspirez-vous des sources ou des services de professionnels expérimentés. Parce que vous voulez des résultats rapidement, vous allez construire votre soutien sur le travail de professionnels. C’est évident si c’est vous qui vous chargez de l’enseignement. Mais dans le cas où votre enfant prend des cours en dehors de la maison, il est peut-être de bon de connaître le programme pédagogique afin de connaître les objectifs grammaticaux et de ne pas être en décalage dans vos exigences orthographiques.
  4. Vous aurez besoin d’un cadre rigide : au même titre que votre enfant irait prendre un cours à l’extérieur un jour précis et à une heure précise de la semaine, il est recommandé d’instaurer un créneau horaire dans votre emploi du temps hebdomadaire, exclusivement réservé à l’enseignement du français avec votre enfant. Bloquez ce créneau et planifiez les diverses activités et rendez-vous autour de cet horaire, et restez déterminé(e) à ne pas y toucher, à ce que rien ni personne ne vient entraver ce moment (sauf l’imprévu !). Ainsi vous éloignerez de vous la problématique majeure et tellement courante : le manque de continuité !        

Cécile Guenebaut est spécialiste de l’enseignement du français auprès des enfants francophones scolarisés hors milieu francophone qui veulent réussir et trouver du plaisir dans l’apprentissage du français. Elle propose des accompagnements aux enfants ainsi qu’aux parents qui souhaitent s’impliquer dans le programme de français. Elle anime aussi des ateliers pour aider les parents à être des partenaires actifs dans le travail entrepris par leur enfant. 

www.prendresonenvolenfrancais.com

https://www.facebook.com/cecileprof/

Apprentissage du français écrit à la maison : trucs et astuces

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *