lyceene-bibliotheque


Contrairement aux idées reçues :

Un(e) lycéen(ne) bon(ne) en maths ne va pas forcément faire S.

Un(e) lycéen(ne) bon(ne) en histoire-géo ne va pas forcément faire ES.

Un(e) lycéen(ne) plutôt meilleur(e) en langues et pas trop bon(ne) en matières scientifiques ne va pas forcément faire L.

On peut, en effet, en perdre son latin et se sentir désorienté par les choix qui s’imposent ou se profilent pour votre progéniture…

En règle générale, je dirais qu’il faut passer par 4 questions avant de choisir la bonne ou meilleure filière en 1ère :

  • Comment s’y retrouver ?
  • Doit-on toujours écouter les profs ?
  • Et si mon enfant ne veut pas ?
  • Et si je ne vois pas mon enfant faire la filière recommandée ?

COMMENT CHOISIR AU PLUS JUSTE ?

Ici, nous ne parlons pas d’exceptions, mais de règle générale : en général, donc, à cet âge, l’adolescent n’a aucune idée de ce qu’il veut faire après le bac. Même si, par ailleurs, vous, parent, en avez une d’idée. Par contre, il/elle sait très bien quelle matière il aime ou pas. Un petit bémol ici, faites attention à ce que votre adolescent n’aime pas la matière en elle-même plutôt que le professeur qui l’enseigne…

=> Il existe tout type de professeur et tout type d’élève, tout le monde ne peut pas s’entendre, c’est normal et c’est humain. Cela même si ce n’est pas forcément vraiment bien perçu par l’élève, puisque normalement ce serait au professeur de s’adapter et non le contraire.

Bref, revenons à notre préoccupation première : comment faire le BON choix ?

Certains parents choisissent de façon arbitraire. C’est possible, oui. Mais cela ne présage rien de bon pour l’adolescent(e) dans le futur. Au regard de mon expérience, avec ce type de comportement de votre part, il y a un échec d’orientation à la clé (qui peut se traduire même tardivement, à la fin des études ou au début de sa vie professionnelle). Cela peut amener votre enfant à ne pas s’épanouir dans un choix, qui à la base, semblait lui convenir, mais en fait, vous convenait mieux, à vous.
Et puis, cela peut l’amener à vous détester… ce qui n’est pas négligeable non plus, n’est-ce pas ?

Alors, reprenons nos questions une par une et tentons d’y répondre.

1. COMMENT S’Y RETROUVER ?

● Dans un lycée à l’étranger, le choix est assez simple, il n’est pas multiple, parfois même, seuls deux bacs sont proposés.

● En règle générale les 1ère S et les 1ère ES, permettent aux élèves de faire n’importe quel post bac (il existe dans le programme des prépas des remises à niveau).

● Les ES n’ont pas accès aux études de médecine, par contre, pas de soucis en paramédical.

● Quant aux L, il existe aussi des classes de remise à niveau en post-bac.

Attention, j’ai bien écrit “classe” et pas “prépa”. Comme les ES, les L peuvent faire des études paramédicales (orthophonie, psychologie, etc.).

2. DOIT-ON ECOUTER LES PROFS ?

● En règle générale, je dirais OUI.

● En plus des professeurs, en cas de doute, se référer au COP* du lycée ou faire un test d’orientation sur internet, ou mieux, passer par un coach scolaire.

3. ET SI MON ENFANT NE VEUT PAS ?

● Soit vous passez outre avec toutes les conséquences citées ci-dessus.

● Soit vous l’écoutez, mais vous l’écoutez vraiment.

=> A cet âge, l’adolescent doit pouvoir vous expliquer le pourquoi de sa décision, ceci tout en sachant que “je n’aime pas le/la prof” n’est pas recevable.

● Là aussi, un petit test d’orientation s’impose.

=> Ce n’est pas parce qu’un élève est bon dans une matière qu’il l’aime.

=> Ce n’est pas parce que l’élève aime une matière qu’il a un bon niveau.

4. ET SI JE NE LE/LA VOIS PAS FAIRE CETTE FILIERE ?

● A votre tour, vous devez trouver les arguments pour expliquer votre ressenti, tout en sachant que “tu n’y arriveras jamais” n’est pas recevable.

Ne pas avoir peur du débat, chacun exprime ainsi ses doutes et éventuellement ses réserves.

● Essayez de trouver un compromis.

● Sauf si ce n’est pas un(e) bon(ne) élève, alors là, faites plutôt confiance à votre instinct de parent.

A ce propos, que veut dire “bon élève” ? Un(e) bon(ne) élève est quelqu’un qui n’a pas forcément des notes mirobolantes mais qui a un dossier scolaire équilibré. En gros, c’est un élève qui s’améliore de trimestre en trimestre, qui ne connait pas trop d’écart de notes dans ses différentes moyennes et qui n’a pas de problème disciplinaire.

Un mauvais élève est un élève qui n’a pas un dossier équilibré et qui pose problème au système. En général, il a des notes en dessous de la moyenne dans au moins une ou plusieurs matières déterminantes comme le français ou les maths, mais aussi l’histoire-géographie, qui est une matière associée à la culture générale.

Evidemment, il y a des exceptions, certains élèves, plus particulièrement les garçons, se “réveillent” un peu tard et ne se mettent à travailler qu’en fin d’année ou juste en 1ère.

=> Là, il faudrait se fier aux remarques des enseignants plus âgés, habitués à cela.

Le coach scolaire est aussi apte à détecter ce type de comportement. En cas de doute, toujours se référer aux COP* de votre établissement. Si le COP* de votre établissement, les professeurs et le PP** ne savent pas lire son dossier scolaire, ne vous écoutent pas ou n’écoutent pas l’élève, c’est que vraiment vous n’avez pas de chance… ou tout simplement que votre enfant ne rentre pas dans la norme. Il n’y a pas d’autre choix.

Attention

Pour les lycéen(ne)s ne rentrant pas dans la norme (précocité intellectuelle, problèmes orthophoniques, ou tout autre problème détecté) la généralité ne s’applique pas. Il faut obligatoirement faire un test d’orientation, si possible avec l’aide d’un professionnel qui ne fait pas partie de son établissement (pour avoir un avis le plus neutre possible).

*COP = Conseiller d’Orientation Psychologue

** PP = Professeur Principal


S. Douilhet

Témoignage rédigé en Octobre 2016 (Tokyo)

 

Comment choisir la bonne filière en 1ère, à l’étranger ?

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *